Madrid — Le bilan

Alors oui, je suis toujours vivante. Ces dernières semaines ont été (et sont toujours) chargées. Ma première année de Master touche à sa fin et le moins que l’on puisse dire c’est que je croule sous les travaux de fin de semestre.

MAIS. Ce n’est pas le plus important. L’important c’est que dans quelques jours, Madrid, c’est fini. L’heure de faire un récap’ de ce que j’ai fait de beau pendant ces quelques mois.

1.   J’ai fait du yoga

J’ai commencé le yoga il y a quelques mois, avec Bénédicte le Bayon, au centre BLB Yoga. Au départ j’y allais tous les samedis matins, puis j’ai fini par y aller aussi les mercredis. C’est un endroit qu’il faut connaître si vous passez à Madrid.

Maintenant je pratique tous les matins au réveil (sauf quand je repousse 13 fois mon réveil de 5 minutes à chaque fois). C’est super bénéfique et ça me fait positiver (presque) toute la journée.

Mon BLB Yoga
Bénédicte dispense ses cours en espagnol, mais aussi en français (parfois).

2.   J’ai bien mangé

On ne va pas se mentir, l’une des premières choses qui frappe un Français en Espagne, c’est la différence des prix. A Madrid, cela se note certainement moins que dans d’autres villes, mais il n’empêche que je n’ai eu aucun mal à manger sainement à un prix raisonnable (petit rappel des magasins à connaître ici). Le retour en France risque de piquer…

Jolies fraises

3.   J’ai appris plein de choses

J’ai profondément aimé cette année à l’université Complutense de Madrid. J’y ai connu des personnes tellement différentes, des méthodes d’apprentissage intéressantes et plus autonomes… J’ai aussi eu un coup de cœur pour les latin@s. C’est bizarre de dire ça, mais ils ont un capital sympathie hors du commun. Sí Señor.

Niveau études, l’avantage d’être ERASMUS c’est que l’on a une quasi-totale liberté quant au choix des cours. Alors je m’en suis donné à cœur joie et je repars avec la tête pleine d’idées et de projets d’avenir.

Lo malo

ALORS. Tout n’a pas été tout rose, je vous rassure. Quelques semaines après m’être installée dans ma première coloc, j’ai subi les frasques d’une colocataire peu supportable, mais aussi carrément flippante. Résultat, j’ai déménagé à Noël. Le point positif, c’est que ma cuisine est plus spacieuse et que mon loyer est presque deux fois inférieur. Ho-ho.

Aujourd’hui j’ai tellement de bagages que je vais devoir en laisser une immense partie ! Mais les souvenirs s’emportent dans la tête et dans le cœur, alors en route pour de nouvelles aventures !

A Paris ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s